Contexte

Pourquoi faut-il une formation spéciale en agriculture écologique et biologique ?


Pour le développement de l’agriculture au niveau sous-régional

Un changement de mentalité est en train de s’opérer depuis 2010 : l’agriculture biologique et écologique est de plus en plus reconnue et étendue dans les pays du Sud.

On discute au niveau international et sous-régional sur des stratégies pour le renforcement de l’agriculture écologique. Ces discours ont même intégré la politique nationale de certains pays.

Dans le Sahel Ouest africain, il n’y a pas d’école qui se spécialise sur la formation des agents techniques dans ce domaine.


Pour l’agriculture nationale et locale

La formation du personnel qualifié (agents techniques) est un focus central, pouvant apporter dans les exploitations familiales paysannes des connaissances sur l’agriculture biologique et écologique adaptés. Cette formation doit garantir une base théorique et en même temps être accompagnée de façon conséquente d’une orientation pratique pour la formation en agriculture éco-biologique.

Un fort lien théorie-pratique

Une telle formation avec un étroit lien théorie-pratique est positionnée entre les programmes d’apprentissage pauvre en théorie (champs écoles, fermes écoles) et les programmes universitaires pauvres en pratique.

Elle doit rendre le personnel technique capable d’apporter très rapidement et le plus simplement aux paysans les acquis actuels et fonctionnels issus de la recherche et du développement.

Une formation orientée vers l’avenir

Pour les étudiants cette formation crée d’excellentes opportunités d’embauche dans le secteur de l’agriculture écologique et biologique.

Pour les jeunes des pays du Sahel particulièrement, le travail de la terre redeviendra attractif après des décennies d’exode rural si des perspectives innovantes s’ouvrent devant eux.